Actualités

Retour à la liste

Atelier régional de renforcement des capacités des équipes nationales PASEC : Réussir les différentes étapes d’une évaluation internationale

Parution : 10/11/2021 Auteur : Admin

La CONFEMEN organise, du 8 au 19 novembre 2021 à Saly, un atelier régional au profit des membres des équipes nationales PASEC. Présidé par le Secrétaire général de la CONFEMEN, le Professeur Abdel Rahamane BABA-MOUSSA, cet atelier contribuera à répondre au besoin de renforcement des capacités des pays en matière d’exploitation des données des évaluations des apprentissages à des fins d’analyses secondaires pour les politiques éducatives nationales.

Lors de la cérémonie d’ouverture intervenue ce 08 novembre, le Secrétaire général a rappelé que la mise en place du PASEC en 1991 visait non seulement à éclairer le pilotage des systèmes éducatifs des États et gouvernements membres via des évaluations nationales mais aussi à contribuer au renforcement des capacités des équipes nationales des pays bénéficiaires. En se réjouissant des résultats satisfaisants obtenus dans le cadre de ce programme, le Professeur Abdel Rahamane BABA-MOUSSA a souligné un certain nombre de défis qui doivent être relevés et qui contribueront à renforcer la notoriété de la CONFEMEN. Il s’agit notamment de la finalisation et de la restitution des rapports nationaux des 14 pays participant à l’évaluation PASEC2019 et de la préparation du prochain cycle d’évaluation (PASEC2024).

Le Coordonnateur du PASEC, M. Hilaire Hounkpodoté, a rappelé les objectifs spécifiques visés par l’atelier. Il s’agit, d’une part, d’améliorer les connaissances théoriques et pratiques des membres des équipes nationales PASEC dans la production des statistiques descriptives et l’analyse économétrique et d’autre part, d’appuyer les pays dans l’analyse et l’interprétation des résultats des évaluations internationales du PASEC pour les actions de politiques éducatives.

Les évaluations du PASEC permettent à la CONFEMEN de répondre à une de ses missions qui est d’informer ses membres sur l’évolution des systèmes éducatifs et les réformes en cours. En mettant en place le PASEC dès 1991, les ministres de l’Éducation de la Francophonie avaient déjà compris que la disponibilité des données sur les acquis scolaires fait partie des défis importants à relever pour un meilleur pilotage des systèmes éducatifs et pour réaliser l’objectif d’une éducation inclusive et de qualité. Dans le contexte de l’ODD4, cette vision a été renforcée à travers la mise en place des évaluations internationales du PASEC dont les données permettent de rendre compte de la situation des systèmes éducatifs et de leurs performances, particulièrement dans le domaine des apprentissages des élèves et le contexte d’apprentissages.

Après la première évaluation internationale réalisée en 2014 (PASEC2014), la 2e évaluation menée en 2019 (PASEC2019) a vu la participation de 14 pays : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Madagascar, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad et Togo. Les données ont été collectées auprès des élèves du début et de la fin de scolarité primaire, des enseignants et des directeurs d’écoles. La phase de collecte, de traitement et d’analyse des données ont été réalisées et le rapport international a été lancé en décembre 2020 lors d’une cérémonie présidée par le Chef de l’État du Sénégal, le Président Macky Sall. Les 14 pays sont dans la phase de finalisation de l’élaboration de leurs rapports nationaux.

Le rapport international PASEC2019 met l’accent sur la photographie des connaissances et compétences des élèves au primaire dans les 14 pays et présente des données sur l’équité des systèmes éducatifs, les caractéristiques et l’environnement scolaire de ces mêmes pays. Le rapport aborde aussi la question enseignante et des pistes de réflexion pour les politiques éducatives.